Le long des routes de l'Asie...
Je me dirige pour un temps somme toute assez indéterminée vers la Mongolie en itinérance en essayant de payer le moins possible. Tous les moyens sont mis à disposition: stop, bus, train, bateau, couchsurfing, logement chez l'habitant...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris

CouchSurfing
HitchWiki
TrashWiki
Help Exchange
LES COPAINS
Mon guide (j'me la pète)
Globestoppeuse


News : Visitez films en streaming divx pour regarder d'autres Regarder film en qualité dvdrip vf gratuit sur vk.com, Netu.tv et Youwatch.org

Histoires d'autostop(peuse)

 Depuis que je suis rentrée ou même depuis que je voyage, s'il y a bien un sujet d'étonnement, voire de fascination, c'est mon mode de voyage...

 

Et je n'ai jamais pensé à écrire un billet dessus. Il faut dire que depuis que je suis rentrée, c'est devenu un sujet que les gens abordent énormément avec moi, car je suis, aux yeux de beaucoup, une experte, notamment du stop au féminin, seule, loin...

 

 Pendant longtemps, je n'ai pas compris cette peur de partir en stop sans expérience, ou sans quelqu'un d'expérimenté. Comme s'il fallait un Bac +4 pour faire du stop, comme si cela nécessitait des compétences particulières.

 

Aujourd'hui, je n'adopte pas le même discours, et même si je continue à considérer le stop comme un mode de voyage accessible à tous, je remarque bien que dans ma pratique, j'ai beaucoup évolué. Ce sont ces réflexions d'autoppeuse que je viens partager. 

 

 

Le discours que je tiens aujourd'hui, son organisation, les mots que j'utilise, je les tiens de beaucoup de témoignages de stoppeurs-euses. Tout particulièrement Anick Marie Bouchard, qui intervient sur de nombreuses communautés sur Internet (dont vous trouverez la majorité des liens dans les rubriques, à gauche de l'écran): Couchsurfing, Hitchwiki, son blog Globestoppeuse et probablement d'autres. Les théories qu'elles formulent, ses pratiques... ne m'ont pas appris grand chose mais les mots/les concepts employés m'ont éclairés. Elle a mis des mots sur des choses que je n'arrivais pas à formuler. Et ça marche:

A la fameuse question "tu n'as pas peur?", les gens ne comprenaient pas forcément le message que j'essayais de passer. En employant les mots de AM Bouchard, tout le monde acquiescaient. Comme si ce que je disais était une évidence :)

La vidéo que je recommande particulièrement restera celle-ci: Women Travelling Alone, (en anglais non sous-titré mais un accent très compréhensible)

 

(c'est en trois parties, à vous de trouver la suite).

 

Je recommande cette vidéo, qui tourne beaucoup autour de la question  "qu'est-ce que les femmes trouvent le plus dur, en voyage", à tout le monde, même s'ils ne sont pas autostoppeurs (d'ailleurs, il s'agit bien d'une vidéo sur les voyageuses seules, cela ne signifie pas uniquement autostoppeuses seules). Je me répète: il n'y a rien de nouveau. Ces concepts, cette analyse, amène juste à se rappeler que le stop est bien sûr un mode de déplacement risqué, mais que tout s'apprend: la gestion de la peur, du risque mais aussi des choses plus pratico-pratiques, des réflexes et des mécanismes. 

 

Je ne fais pas du stop de manière inconsciente. Les autres stoppeurs me prennent même souvent pour une idiote ou une parano. Mais je rencontre majoritairement des hommes, alors ce n'est pas la même chose, je trouve.

 

J'ai rencontré une femme stoppeuse un jour. A Christiania, le quartier autogéré de Copenhague (Danemark). Cette française a fait le tour du monde en stop, de l'Australie à l'Amérique du Sud, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par tout ce qu'il y a entre les deux, au-dessus, en dessous. Sacré caractère :) Elle était surprise que je demande à mes partenaires (masculins) de dire que nous étions ensemble si la question était posée (fréquemment) par les conducteurs. Elle estimait que je n'avais qu'à me débrouiller toute seule et assumer ma pratique d'autostoppeuse sans l'aide de personne. Je ne suis pas d'accord avec cette fille, autant s'aider les uns les autres et s'appuyer les uns sur les autres. Si je peux poucer plus sereinement, tant mieux.

 

A cette époque, je ne faisais pas beaucoup de stop seule, et seulement en France. Aujourd'hui, les échanges que nous aurions seraient plus riches. Ce qu'elle racontait, par exemple, et qui m'a marquée est qu'elle ne reste jamais dans une voiture ou un camion plus de 24h. Même en plein milieu de la Russie, alors qu'elle savait qu'elle resterait probablement deux ou trois jours avant qu'un routier passe, elle descendait. C'est sa limite de risque. Elle la connait. Je ne reste personnellement pas plus de 8h dans la cabine d'un routier, parfois moins si je ne le sens pas. Je ne sais pas pourquoi, après cette limite, les personnes se sentent en confiance, et tentent plus de choses, sont moins intimidés et je me retrouve face à des situations que je ne suis plus en mesure de gérer, de contrôler. Alors je descends, avant.

 

Dans certains pays, je ne demande qu'aux particuliers (en Europe Occidentale). Plus de monde, plus rapide et un risque quasi nul: en France, en Allemagne, en Europe du Nord... Pourquoi m'embêter?

Mais dans d'autres pays, je ne demande qu'aux routiers. Les trajets et horaires des routiers sont prédéfinis, non-changeables. Il y a moins de surprise avec les routiers. Les propositions sexuelles sont systématiques (à part les sempiternelles exceptions rares) mais le refus est accepté, et il n'y a pas de gêne.   

Un routier italien m'a dit un jour "che uomo propone, la donna dispone" (ce que l'homme propose, la femme dispose). C'est exactement ainsi que les routiers fonctionnent. C'est souvent nous les plus embarrassées! Bien sûr, parfois, ça va plus loin. Mais c'est à nous de connaître notre limite face à cette insistance et de l'anticiper. C'est pour ça que je descends au bout de 8h, par exemple.

 

C'est en étant sereine que nous sommes plus à même de nous défendre sans tomber dans la parano ou la victimisation. Au début de ma pratique de stoppeuse, je n'osais limite pas donner mon prénom. Aujourd'hui, ça va mieux et heureusement: le stop, c'est avant tout une histoire d'échanges, pas un service intéressé qui va à sens unique. Néanmoins, je ne m'endors jamais dans la cabine d'un routier et j'y passe encore moins la nuit. Et j'ai mis beaucoup de temps avant d'accepter de dormir chez des hommes qui m'invitaient à passer la nuit chez eux: la première fois a eu lieu en Bosnie, et la deuxième, la nuit avant mon arrivée à Venise. C'est à dire en avril dernier. Alors que je fais du stop depuis 4 ans. Seule de manière régulière depuis 2 ans et demi.

 

Je tiens à préciser qu'il ne m'est jamais rien arrivé. Je n'ai pas voulu faire de stop dans la partie asiatique de la Turquie, je trouvais cela dangereux. Et dans la partie européenne, tout s'est bien passé mais il a fallu faire preuve de caractère ^^. C'était la première fois que je me confrontais à ma limite de stoppeuse seule. De ne pas me sentir en sécurité en faisant du pouce seule. Ca m'a fait bizarre!

Autre remarque: évidemment, d'autres stoppeuses vous choisiraient d'autres exemples ou d'autres fonctionnement. Celui dont je parle est le mien.

 

Les conseils de base pour les stoppeuses (pas les miens mais ceux AM Bouchard, elle le fait vachement mieux que moi mais ce sont de bons premiers conseils, après, lancez vous, c'est à vous aussi de bosser ^^)

rencontrer d'autres voyageuses

se préparer mentalement

faire preuve d'assurance

étendre progressivement sa zone de confort (c'est celui que je préfère)

Oser demander de l'aide

 

 

Sinon, du côté pratique, rigolo, rencontre...

Nous avons

Hitchwiki, ma bible personnelle, qui me permet de mettre des heures à sortir de Paris mais je suis sûre d'arriver à un point de stop potable... Même dans les trous les plus paumés, où j'étais persuadée que j'allais pouvoir ENFIN créer une page et donner un conseil à la communauté mondiale des stoppeurs (oui, je m'enflamme, qu'est-ce que c'est cool)... et ben non... les conseils et les astuces étaient déjà donnés. Je fais de la traduction à la place :)

 Le groupe Couchsurfing des autopstoppeurs. Echanges de bons plans mais surtout de pratiques!

Le groupe Couchsurfing pour trouver un compagnon de voyage. Un des groupes les plus actifs de la communauté, soit dit en passant.

Independant Women, un groupe où il faut expliquer aux modérateurs pourquoi tu veux entrer... discussions sans tabous et extrêmement complet... Sur plein de choses... faciles ou moins faciles, de voyage, de contraception, d'enfants... il y a plein de trucs. Mais il n'est pas public. Du coup, il y a pas de lien. Allez voir si vous avez un compte Couchsurfing.

 

Je n'ai pas grand chose à écrire de plus. Bien sûr que j'ai mes stress, mes angoisses, mes limites. Mais je les connais et j'agis en conséquence. A vous de faire de même, il n'y a pas de réponse miracle. Mais c'est en réfléchissant aux pourquoi du comment qu'on garde son sang-froid quand il s'agit de mettre toutes nos réflexions positives et négatives en pratique.

 

Alors, non, pour répondre à la question la plus fréquente, je n'ai pas peur de faire du stop seule.

Que vous ne vous sentiez pas de le faire, c'est normal, mais en fait, qu'est-ce qui vous en empêche si vous avez envie d'apprendre??



Publié à 12:13, le 7/07/2012,
Mots clefs : autostopvoyagefemmeseulefémininharcèlement sexuelpropositions sexuelles
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Petit retour sur matériel après 8 mois

 La liste de mon sac a été plus facile à faire grace notamment aux gens sur Internet qui laissaient la liste de leur sac à dos... C'est donc à mon tour de le faire :)

 

 

Je rappelle que mon matériel est un matériel pour l'HIVER!!

 

La grosse base:

Sac de 50L + sac en bandoulière quand j'ai pas de gros sac!

Duvet 3 saisons pour une température confort entre -6 et 10° (extremes: -22)

Tapis de sol trop bien et imperméable

Tente 1 place.

 

Vetements:

2 pantalons longs et chauds.

2 polaires

1 gilet polaire

2 T shirt (dont un manches longues)

2 jeux de sous vetements (mais beaucoup de chaussettes! parce que je les perds tout le temps)

1 surpantalon (pratique pour pluie, ski, vent)

1 manteau imperméable

1 écharpe, des gants

1 foulard pour ma tete

1 paire de chaussures de randonnée haute montagne (chaudes!)

Ce sont des vetements légers, chauds, confortables et qui sèchent en une douzaine d'heures (critère super important!!)

 

Accessoires:

1 popote pour cuisiner (comprenant verre, fourchette)

1 Opinel (qui a eu un succès fou en Bulgarie)

1 briquet (oui enfin plutot trois ou quatre mais ça dépend des périodes)

1 lampe Dynamo (qui s'est transformée en lampe frontale pour Noel)

1 bouteille de plastique dur (type jus de fruits Joker), plus léger qu'une gourde pour une excellente solidité.

1 trousse remplie de feutres, crayons, colle, ciseaux....

2 carnets (dessin + écrits)

1 cahier guide de conversation des langues que j'ai appris (russe chinois serbe/croate/bosniaque bulgare turc)

Jeux de cartes: Europe, Turquie, Balkans, Routes de la Soie.

1 jeu supplémentaire de sardines pour ma tente

Aiguilles, fils, épingles à nourrices.

Ceinture à poches (comme les bananes quoi) pour conserver les papiers importants.

Des jeux de pochettes plastiques imperméables pour protéger papiers, passeport, billets... 

2-3 sacs poubelles (que je ne jette pas mais je réutilise)

Papier toilette.

 

Les ''inutiles''

2 ou 3 livres, qui tournent, qui changent.

Des perles, des fils pour faire des bracelets aux gens qui m'accueillent.

Un (petit) tavla (backgammon) parce qu'en Turquie, je suis devenue folle de ce jeu!

1 guimbarde

 

Hygiène et pharmacie:

 

Des boules Quies et un cache yeux (vous savez les trucs d'avion pour dormir quand il y a de la lumière)

Ca parait débile mais ça permet de pouvoir bien dormir quelque soit le lieu/conditions: bus, près d'une autoroute, près d'un lampadaire.....

1 brosse à dents

1 dentifrice

1 savon bio, sans saponine pour pouvoir le rejeter dans la nature sans impact.

1 brosse à ongles (pour laver le linge)

1 déodorant

1 gant

1 serviette ultra légère en je sais plus quel matériau

1 peigne anti poux (trop pratique aussi pour se peigner)

1 crème hydratante (mais c'est aussi parce que je suis une saleté d'allergique au froid...)

1 Mooncup (truc de filles: c'est un tampon réutilisable en silicone, le truc parfait!!)

1 boite de Paracétamol (pas utilisé)

1 boite d'antibios à large spectre - Amoxycilline - (pas utilisé)

3 boites de Micropure (pour purifier l'eau) (pas utilisé)

1 bouteille de Tea Tree, huile essentielle désinfectante/cicatrisante (elle est vide)

3 bouteilles d'un complexe d'huiles essentielles réfléchies par mon naturopathe:

Origanum Compactum + Eugenia Caryophyllata + Melaleuca Alternifoli + Ravintsara Aromatic

(j'en ai utilisé 1 et demie)

Les huiles essentielles peuvent etre achetées sans ordonnance et en automédication. Néanmoins, certaines sont toxiques donc prenez conseil auprès d'un naturopathe ou homéopathe (ou en pharmacie/herboristerie).

Vous pouvez trouver la liste des principales huiles essentielles et leur utilisation ici.

Sinon Phytofrance a sorti une trousse de secours d'huiles essentielles pour les maux les plus courants.

 

 

La paperasserie:

Photocopie de passeport + passeport

Attestation Sécurité Sociale et Mutuelle

Ordonnances

Attestation d'assurance (dont rapatriement)

Carte vitale + Carte Vitale Européenne

Carte Bancaire

Les numéros d'urgence

Une feuille en anglais, russe et chinois indiquant les informations médicales importantes

 

Globalement, si vous passez dans un pays nécessitant un visa/fouilles à la frontière, emmenez les ordonnances, vérifiez quels papiers sont nécessaires et si certains médicaments ne seraient pas interdits...

 

 

 

Ce que j'ai perdu (oups)

Lunettes de soleil

Paire de chaussures de randonnée d'été

Les chaussettes à tout va (mais y a des turcs qui m'en ont volé aussi =D )

 

Ce que j'ai donné

Ma guimbarde (à des voyageuses à vélo vers la Mongolie)

L'écharpe polaire, les gants, et ma paire de chaussettes hautes montagnes.

Des bouquins que j'ai accumulé!!

 

 

Ce que j'ai acheté (et mon backpack va exploser!)

1 paire de collants (quand il a fait très très froid)

2 pantalons d'été

2 T shirts (dont un pour remplacer un T shirt que j'ai du jeter)

1 jupe

1 paire de chaussures inter saison (qui va aller à la poubelle parce qu'elle est finie!)

1 paire de chaussures d'été

Deux écharpes turques parce qu'elles sont trop belles.

1 dictionnaire de turc

 

Le but était de donner mes affaires d'hiver quand je commencais à voyager en été mais mon voyage est plus court que prévu et je trouve dommage de donner une centaine d'euros de matos juste pour ne pas le porter pendant 1 mois et demi...pour devoir le racheter au prochain voyage.

 

Ce que je prendrais en plus pour un prochain long voyage:

Concerne surtout ma pharma alter: des huiles essentielles supplémentaires:

Fleur de Bach Rescue: pour angoisses, chocs psychologiques et physiques.

Des probiotiques (favorise la fleur intestinale)

Extrait de pépin de pamplemousse (aide pour désinfecter la flotte)(attention conseil médical officieux, il n'y a PAS de preuve scientifique)

Peut etre la trousse de secours PhytoFrance dont je parlais plus haut

Un réchaud à bois pour cuisiner plus facilement, meme dans les zones ou les feux ne sont pas possibles

Eventuellement un disque dur externe pour récupérer photos, films et musique du coin que je visite!

 

Ce que je ne prendrais pas:

Pas autant de pulls, il y en a 1 que j'ai utilisé une demi dizaine de fois seulement...

Le surpantalon ne m'a pas tant servi que ça...

Je prendrais probablement une cape de pluie plutot qu'un manteau imperméable (plus léger).

 

 

Globalement, mon sac était bon, pour un poids total alternant entre 11 et 13 kilos (selon le nombre de bouquins et vers la fin, avec tout ce que j'ai acheté). Tout m'a servi, rien ne m'a manqué et je n'ai jamais eu froid ou je n'ai jamais été trempée pour la nuit... Que ce soit sous la pluie, le vent ou la neige, tout s'est bien passé. La vie est donc parfaite :)

 

Je n'ai pas laissé de noms de marques, volontairement. Néanmoins, le matériel de base (1ere rubrique) représente environ 550 euros donc le total doit avoisiner les 800-900 euros (la vache, j'avais pas réalisé encore que je me baladais avec un SMIC sur le dos!) mais c'est difficile à estimer vu que je n'ai pas tout payé et que je n'ai pas tout acheté en meme temps.

 

Vous pourrez trouver des exemples, des idées, des retours sur du matériel ici: (il m'a été d'une utilité appréciable)

Accueil Randonner Léger

 

Comment choisir son matériel?

 

 



Publié à 11:36, le 20/04/2012,
Mots clefs : backpackpharmacieadministratifsac à doslistevoyagematérielretourhuiles essentiellesque emmener?
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

(I'm taking a break)

 

 

Bon, une pause. Retour dans un temps (long et indéterminé).

Mais suis pas morte hein, je vais y aller en Mongolie.



Publié à 20:59, le 19/04/2012, Rennes
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Chloé (sans Simon) Productions présentent

 Quelques minutes à Venise,

 

A coté de l'Eglise San Maria, tous les gondoliers ont donné exactement (mais mot pour mot) les memes explications a propos de cette eglise en francais, anglais, italien, espagnol, russe et chinois... Je me suis bien marrée :)

 



Publié à 18:28, le 10/04/2012, Venise
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

et sinon...

 Je me suis tapee un petit delire toute seule sur un site ou tu peux creer ton propre guide de voyage, j'en ai fait un a propos de la Bulgarie et de la Turquie, si vous voulez voir un peu plus precisement le road trip dans ces deux pays, c'est

---> PAR ICi <---



Publié à 23:11, le 4/04/2012,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien
<- Page précédente